Le plus puissant des antirides connues à ce jour

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Flacon de 50ml 20€

huile de figues de barbarie

C’est une plante arborescente qui peut atteindre de 3 à 5 mètres de haut. Son organisation en cladodes, couramment appelés « raquettes », est particulière. Les cladodes sont des tiges modifiées de forme aplatie, de 30 à 40 cm de long sur 15 à 25 cm de large et de 1,5 à 3 cm d’épaisseur. Unis les uns aux autres, ils tendent à former des branches. Ceux de la base se lignifient pour former au-delà de la quatrième année de croissance un véritable tronc.

Ces cladodes assurent la fonction chlorophyllienne à la place des feuilles, et sont recouvertes d’une cuticule céreuse (la cutine), qui limite la transpiration et les protège contre les prédateurs.

Raquette (Cladode)


Raquette (Cladode)

Les feuilles ont une forme conique et ont seulement quelques millimètres de long. Elles apparaissent sur les cladodes jeunes et sont éphémères.

Fleur d'Opuntia ficus-Indica


Fleur d’Opuntia ficus-Indica

À la base des feuilles se trouvent les aréoles (environ 150 par cladode) qui sont des bourgeons axillaires modifiés, typiques des Cactacées. Leur méristème, selon les cas, produisent des épines et des glochides, ou bien émettent des racines adventives, de nouveaux cladodes ou des fleurs. À noter que même l’ovaire et donc le fruit est couvert d’aréoles susceptibles d’émettre à nouveau des fleurs ou des racines.

Les épines proprement dites, blanchâtres, sclérifiées, solidement implantées, sont longues de 1 à 2 cm. Il existe des variétés inermes, sans épines.

Fruit, ou figue de Barbarie


Fruit, ou figue de Barbarie

Les glochides, fines épines de quelques millimètres, de couleur brunâtre, se décrochent facilement, mais munis de minuscules écailles en forme d’hameçons s’implantent solidement dans la peau et sont très difficiles à retirer. Ils se cassent facilement quand on cherche à les enlever. Ils sont toujours présents y compris dans les variétés inermes.


L’appareil racinaire est superficiel, se concentrant dans les 30 premiers centimètres du sol, mais en revanche très étendu.


Les fleurs sont à ovaire infère, uniloculaire. Le pistil est surmonté d’un stigmate multiple. Les étamines sont très nombreuses. Les sépales peu apparents et les pétales bien visibles de couleur jaune orange.


Les fleurs se différencient en général sur des cladode âgés d’un an, le plus souvent sur les aréoles situées au sommet du cladode ou sur la face la plus exposée au soleil. En principe, une seule fleur apparaît dans chaque aréole. Les jeunes fleurs portent des feuilles éphémères caractéristiques de l’espèce. Un cladode fertile peut porter jusqu’à une trentaine de fleurs, mais ce nombre varie énormément selon la position du cladode sur la plante, son exposition, et aussi selon des facteurs physiologiques (nutrition).


Le fruit, ou figue de Barbarie, est une baie charnue, uniloculaire, à nombreuses graines (polyspermique) dont le poids peut varier de 150 à 400 g. Il dérive de l’ovaire infère adhérent au réceptacle floral. Certains auteurs le considèrent comme une fausse arille. Sa couleur est variable selon les variétés : jaune, rouge, blanc… La forme est également très variable, non seulement selon les variétés mais aussi selon l’époque de formation : les premiers sont arrondis, les plus tardifs ont davantage une forme allongée de pédoncule. Le nombre de graines est très élevé ; de l’ordre de 300 pour un fruit de 160 g.

Distribution

L ‘espèce est originaire du Mexique, où elle est appelée « nopal » et figure d’ailleurs sur l’emblème du drapeau mexicain. Il était inconnu en Europe avant les voyages de Christophe Colomb. Il fut décrit de façon précise pour la première fois en 1535  par l’Espagnol Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés dans son Histoire des Indes occidentales. Sa morphologie insolite frappa les premiers conquistadors. Outre les fruits, c’est l’élevage de la cochenille qui attira surtout leur attention, mais l’élevage de cette dernière aux îles Canaries ne fut réussi qu’au XIXe siècle. Elle se répandit d’abord dans les jardins botaniques comme curiosité. Naturellement, le figuier de Barbarie se reproduit par multiplication végétative(vs reproduction sexuée).

Elle s’est diffusée rapidement dans le bassin de la Méditerranée et s’y est naturalisée au point de devenir un élément caractéristique du paysage. Sa diffusion est due autant à l’homme (qui embarquait des cladodes comme aliment anti-scorbutique) qu’aux oiseaux qui en mangeant les fruits assurent la dispersion des graines. Elle s’est répandue également dans l’hémisphère sud, notamment en Afrique du Sud, à Madagascar, à la Réunion et à l’île Maurice, en Inde et à Ceylan, ainsi qu’en Australie. Dans la plupart de ces pays, ce fut véritablement une infestation et seule la lutte biologique, par l’introduction d’insectes parasites comme le papillon Cactoblastis cactorum et la cochenille Dactylopius opuntiae put en venir à bout dans les années 1920-1925.

De nos jours la plante est cultivée dans de nombreux pays, notamment  : Mexique, États-Unis, chilie, Afrique du Sud, Israel, Turquie, Italie (sicile),Maroc, Tunisie…



Culture


Le figuier de Barbarie est cultivé principalement pour la production de fruits. On le cultive aussi pour la productions de nopalitos (jeunes cladodes consommés comme légumes au Mexique, ou marginalement pour l’élevage de la cochenille Dactylopius coccus, pour la production d’un colorant rouge, aux îles Canaries.


Il est aussi cultivé en Tunisie, essentiellement dans la région de Kairouan, et très consommé pendant l’été. Il est connu pour son effet “bloquant” sur la digestion.


Il nécessite un climat chaud et une exposition bien ensoleillée. Il préfère un sol filtrant et bien drainé, de pH neutre


La multiplication peut se faire soit par semis, soit par bouture, en partant de cladode âgé de un à deux ans.


La taille, à exécuter au printemps ou en fin d’été, sert à empécher le contact entre les cladodes, ainsi qu’à éliminer ceux qui sont malformés ou endommagés.


Pour améliorer le rendement, il est opportun d’apporter une fertilisation phospho-potassique, de préférence organique.


En culture irriguée, on peut obtenir un rendement de 250 à 300 quintaux de fruits à l’hectare.


La gamme des variétés en culture se limite en substance à trois cultivars qui diffèrent par la coloration du fruit : jaune (Sulfarina), blanche (Muscaredda) et rouge (Sanguigna). Le cultivar Sulfarina est le plus répandu en Italie pour sa plus grande capacité productive aux méthodes de culture intensive. La tendance en général est d’intégrer la culture des trois cultivars, de manière à fournir au marché un produit caractérisé par sa diversité chromatique.


Utilisation

Le figuier de Barbarie est une plante très utile pour les régions arides. Ses utilisations sont multiples :

Alimentation humaine

Alimentation animale

Usage thérapeutique

mise en garde ne vous piquez pas

huile figue barbarie

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.